DanskStart
 

Who am I?

website-hit-counters.com visitors since November 2010.

 

Carmen elegiacum magistri Simonis Blessii Parthenopolitani, scriptum ad eruditissimum Ionam Iacobum Coronensem, amicum et convictorem suavissimum

Prodiit æstivi quæ signat corda Leonis
     Tecta prius Phoebi regia stella face.
Arctois monet illa agros albescere passim,
     Lætaque frugifera tempora messis agi.
Bacchus et alma Ceres larga sua munera dextra                          5                        
     Diffundunt lassis præmia ruricolis.
Porrigit aureolos proles Semeleia botros
     Et nitidas fruges porrigit alma Ceres,
Utque favent istis hæc rustica numina rebus,
     Farre novo ut replent horrea, vasa mero:                                10
Sic quoque lustrat agros, sacro qui germine florent,                   
     Sic quoque agit messem Dia Minerva suam.
Dia Minerva suis, pueros quos severat hortis
     Incrementa quibus Castalis unda dedit:
Non vestire solum, nec spe nutrire colonum                                  15
     Hos voluit, messis, sed mihi, dixit, erunt:
Missis opima mihi, et sacris gratissima Musis,
     Aurea Leucadio messis opima Deo.
Ergo Pieriis comitata et Apolline, pergit
     Falciferam in segetes mittere Diva manum.                                20
Amplaque maturas coacervat in horrea fruges,
     Verum immaturis horrea nulla patent.
Dum mihi Leucoreis concessa morarier agris
     Copia, spectator, messis et huius eram.
Fervet opus passimque seges desecta per agros                            25
     Musarum cecidit luxuriosa manu,
Hic turba ex reliqua secretum Pallada vidi,
     Te quoque honorifico constituisse loco.
Ergo tuæ patriæ qui spes industrius amplas
     Moribus, ingenio, sedulitate dabas:                                              30
Perge bonis avibus, magnos innitier ausis:
     Perge, dabit coeptis prospera fata Deus.
Inclyta iura suo sibi patria vendicat, in te
     Quidquid doctrinæ est, quidquid et ingenii.
Foelix quando sua non spe frustratur, at ultra                                35
     Expectare sibi quam fuit ausa refert.
Gratulor ergo tibi ex animo suavissime Iona,
     Gratulor et patriæ terque quaterque tuæ.
Egregiis siquidem te lætor honoribus auctum
     Ingenii propter maxima dona tui.                                                  40
At regum quamvis nolint facta inclyta nostri
     Indicii, et nequeant, subdier arbitrio:
Attamen et Phoebum et Musas me iudice dignum est
     Gratari facto, rex Friderice, tuo.
Quos tu nimirum æternas sibi figere sedes                                       45
     Undique clementer per tua regna facis.
Scilicet ingenuas, tua dextra, fideliter artes
     Efficit, æterna ut sede manere queant.
Dum favet ingeniis felicibus: inclyta quorum
     Egregiam deincips patria poscet opem,                                         50
Sic ornare meum nuper dignatus Ionam
     Subsidii fueras uberioris ope.
Et nisi me fallunt, præsagia multa videntur
     Collata in magnum tot benefacta virum,
Nobis ingenii foelicia signa sagacis                                                      55
     Doctrinæ et specimen qui dedit eximia,
Quem deinceps solito si complecteris amore,
     Regno te credas consuluisse tuo.
Verum ad redeo mi Iona, unumque monebo,
     (Me monitore etsi non opus esse sciam)                                        60
Esto tui patriæque memor charique parentis,
     Sic coeptum in studiis continuabis iter.
Nil ultra moneo nisi quod te vivere multos
     Et lætos cupiam, dulcis amice, dies.

Chant élégiaque composé par le magister Simon Blessius de Magdebourg pour le très érudit Jonas Jakobsen de Landskrona, son très charmant ami et camarade d’études

Abandonnant sa cachette, l’étoile royale de Phébus s’avance avec sa torche estivale
     Et imprime son signe dans le cœur du Lion.
Elle rappelle aux gens du Nord que les champs vont çà et là blanchir
     Et que le joyeux moment de moissonner le blé est venu.
De leur dextre, Bacchus et Cérès la nourricière dispensent d’abord                                              5
     Leurs généreux dons aux laboureurs croulant de fatigue.
Le fils de Sémélé tend ses grappes dorées,
     Cérès la nourricière ses brillants épis.
Comme les dieux de la campagne favorisent ces produits
     Et remplissent les greniers de blé nouveau et les tonneaux de vin,                                            10
La divine Minerve parcourt elle aussi les champs fleuris de germes sacrés
     Et fait sa propre moisson.
Après avoir ensemencé ses jardins de jeunes hommes,
     Elle les a fait croître en les arrosant de l’eau de Castalie :
Elle ne voulait pas que ces jouvenceaux recouvrassent le sol ou nourrissent                                  15
     Le cultivateur d’espoir, et dit au contraire : ils seront ma moisson à moi,
Opulente pour moi qui l’ai produite, délicieuse pour les Muses sacrées,
     Une moisson d’or pour le dieu de Leucade.
Accompagnée donc d’Apollon et des filles du Piérus,
     La Divine s’avança dans les champs la faucille à la main                                                             20
Et rassembla le blé mûr dans de vastes greniers,
     Tout en en interdisant l’accès aux céréales immatures.
Pendant que j’étais retenu par la richesse concédée dans les champs de Wittenberg,
     Je fus personnellement spectateur de cette moisson.
Le travail était animé çà et là et le blé fauché dans les champs tomba                                             25
     En abondance devant la troupe des Muses.
Je vis là que Pallas te séparait de ses autres enfants
     Et qu’elle te plaçait en un lieu honorifique.
Toi qui donnais de vastes espoirs à ta patrie
     Par ton intégrité, ton talent et ta persévérance,                                                                           30
Avance donc sous de bons auspices, entreprends de grands projets,
     Avance ! Dieu couronnera tes entreprises d’un destin prospère.
De bon droit, l’illustre patrie réclame pour elle
     Tout ce que tu possèdes de savoir et de talent.
Elle est heureuse quand son espoir n’est pas déçu,                                                                              35
     Mais il est juste qu’elle s’attende à des exploits encore plus grands.
Ainsi, je te félicite de tout cœur, mon très charmant Jonas.
     Je félicite aussi ta patrie triplement et même quadruplement.
Je suis sincèrement heureux que l’on te couvre d’éminents honneurs
     En raison des sublimes talents dont tu es pourvu.
Bien que les illustres exploits des rois ne doivent et ne peuvent pas                                                   40
     Etre soumis à l’arbitrage de notre jugement,
J’estime que le tien, ô mon roi Frédéric,
     Est digne d’être applaudi par Phébus et les Muses.
Partout dans tes royaumes, tu leur procures en effet
     Généreusement des sièges éternels,                                                                                                  45
Car ta main fidèle fait en sorte que les arts du pays
     Puissent demeurer sur un siège éternel.
Après avoir favorisé les heureux talents,
     L’illustre patrie réclame leur remarquable soutien.
Ainsi tu estimais naguère qu’il était digne                                                                                            50
     D’assurer mon cher Jonas d’un soutien plus opulent.
Et si les nombreux présages ne me trompent pas, il semble
     Que toutes ces magnifiques largesses sont bien investies dans ce grand homme.
Celui qui nous a montré les heureux signes de son talent
     Et de remarquables exemples de sa pénétrante érudition,                                                              55
Si tu l’étreins de ton amour habituel,
     Tu pourras être assuré d’avoir bien agi pour ton royaume.
En revenant enfin à toi, mon cher Jonas, je t’exhorte à une chose
     Tout en sachant qu’il n’est point besoin que je te dispense des conseils :
Souviens-toi de toi-même, de la patrie et de ton bien-aimé père,                                                         60
     Ainsi tu resteras sur le chemin entrepris des études.
Je ne ferai pas d’autre exhortation, mais je te souhaite, mon doux ami,
     De vivre encore de nombreuses et joyeuses années.

Notes

Simon Blessius Parthenopolitanus : Ce camarade d’étude du Vénusin est par ailleurs inconnu. Il était originaire de Magdebourg et se donnait le même surnom que son compatriote et probable professeur de mathématiques Valentin Otho Parthenopolinus (« ville des pucelles »).

v. 1 corda Leonis : Le signe du Lion débuta autour du 13 juin dans le calendrier julien.
v. 2 Phoebi regia stella : Phébus est l’un des noms du soleil.
v. 4 proles Semeleia : Bacchus est le fils de Sémélé.
v. 14 Castalis unda : Castalie était une fontaine de Béotie, consacrée aux Muses.
v. 18 Leucadio Deo : Sur l’île de Leucade, un temple était dédié à Apollon.
v. 19 Pieriis : Les Muses résidaient sur le mont Piérus.
v. 23 Leucoreis : Le nom grec de Wittenberg est Leucoris.
v. 27 Pallada : Pallas est un des noms de Minerve.
v. 61 charique parentis : Le poète allemand ne cite pas le nom du père de son camarade danois.

Printed original (Blessius, A2r-3r), unprinted translation (Vinilandicus 2011).

© Vinilandicus 2010

Back to top